Quentin Desramault - 17 mai

Nombreux sont heureux à l’idée qu’on ne pourra pas se rassembler. Aucun char ne battra le pavé jusqu’à nouvel ordre et ça en ravit plus d’un. Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, bafouée, les gay-prides reportées ou annulées pour la sécurité et le bien communs, messieurs et mesdames qui ne voulaient pas nous voir sont servis.

Nombreux et pas qu’un peu pensent que rien ne sert de dénoncer les injustices et l’homophobie qui règnent encore en maître tyrannique. Nos ancêtres n’ont pas milité en restant les bras croisés. Nos droits n’ont pas été accordés par le Saint Esprit des catholiques. Messieurs et mesdames qui ne nous apprécient guère, aujourd’hui,

parlons du 17 mai sans tabou, sans déni. Ne nions pas ce qui existe encore. Ne faisons pas les autruches ahuris ! L’ignorance et le silence, j’abhorre.

Je ne suis pas de ceux qui se taisent. Je ne suis pas de ceux qui s’abstiennent. La dénonciation est le glaive de la noble justice humaine.

Rendons-la en hommage à ceux qui sont morts pour nous ! Sauvons nos libertés abîmées au nom de l’amour !

Nombreux font le voeu pour un monde plus paisible et tolérant. Répandons dans les consciences inconscientes nos expériences en tant que gay quand surviendront le déconfinement et son achèvement. Le militantisme remis à demain ou plus tard si le virus subsistait. Messieurs et mesdames qui ne voulaient pas nous voir sont ravis.

Nombreux et pas qu’un peu pensent que l’homophobie est dissipée de la réalité et de l’actualité qui pourtant aborde ce fléau. C’est avec une sourde oreille qu’on s’éloigne de la vérité. C’est en se voilant chaque fois la face qu’on meurt ignorant malgré les échos. Messieurs et mesdames qui ne nous apprécient guère, aujourd’hui,

parlons du 17 mai sans tabou, sans déni. Ne nions pas ce qui existe encore. Ne faisons pas les autruches ahuris ! L’ignorance et le silence, j’abhorre.

Je ne suis pas de ceux qui se taisent. Je ne suis pas de ceux qui s’abstiennent. La dénonciation est le glaive de la noble justice humaine.

Rendons-la en hommage à ceux qui sont morts pour nous ! Sauvons nos libertés abîmées au nom de l’amour !

«Né à Seraing, Quentin passe une bonne partie de son enfance à Liège. Diagnostiqué autiste et dysphasique à l’âge de 3 ans, c’est durant son adolescence qu’il découvre son homosexualité. Encouragé par sa famille et ses amis, il fréquente alors régulièrement les associations LGBT liégeoises telles que le CHEL, la MAC de Liège ou les LGS. Il rédige alors ses premiers poèmes où il aborde les sujets de société actuels mais aussi ses déceptions et ses premiers émois. Il a écrit son premier roman « Fantaisiaque » sorti chez EDILIVRE. Un recueil de poésies ainsi qu’un deuxième roman sont actuellement en préparation. Passionné, heureux et épanoui, cela fait plusieurs années qu’il est investi aux côtés de la Maison Arc-en-Ciel de Liège en tant que bénévole et au cœur même de la Belgian Pride » .



 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 


Maison Arc-en-Ciel de Liège - Alliàge asbl (association LGBTQI) – Rue Hors-Château, 7 à 4000 Liège - Tél : 0032 (0)4 223.65.89